11 janvier 2015

Amis bloggeurs bonjour ! et malgré tout une bonne année à vous tous ...

Pour commencer notre année 2015, bien triste après tous les événements, une lecture sur la voie de la complexité et de la réflexion ... Bonne lecture.


La pensée complexe ...
...qui nous  a été inculqué obéit essentiellement à des principes de disjonction, de réduction et d'abstraction. Il isole les objets de connaissance les uns des autres, et il rend donc difficile l'appréhension des solidarités, interactions et implications mutuelles qui lient ces objets. Il privilégie la connaissance des unités de base ou des parties constituant les systèmes, sans nous inciter à opérer une navette cognitive des parties au tout et du tout aux parties. Nous disjoignons et ventilons en différentes disciplines les fragments des ensembles organisés dont notre mode de pensée a brisé l'unité. L'hyper-spécialisation qui morcelle le tissu complexe des phénomènes donne finalement à voir comme seul réel sa fragmentation arbitraire. Par ailleurs, l'abstraction incontrôlée tend à considérer les formules et les équations comme seules réalités. On en arrive à une intelligence aveugle qui isole les objets les uns desautres, les soustrait à leur environnement, désintègre les ensembles, systèmes et totalités. Nous devenons ainsi de plus en plus aveugles aux phénomènes concrets, aux réalités globales et aux problèmes fondamentaux.
Aussi, ce mode mutilant d'organiser notre pensée nous aveugle plus profondément que l'erreur d'observation ou l'incohérence logique.
Quand elle s'applique aux êtres humains, la pensée mutilante et unidimensionnelle se paie en souffrances, et hélas la mort. Un monde complexe émerge. Mais la pensée simplifiante n'est pas morte et la pensée complexe essaie de naître.
Complexus : ce qui est tissé ensemble. Le complexe nous apparaît lorsque un et multiple, tout et parties, objet et environnement, objet et sujet, ordre/désordre et organisation sont inséparables et interdépendants. Il y a, non pas une complexité, mais un tissu de multiples complexités les unes empiriques (désordres, aléas, complications, inter-rétroactions enchevêtrées), les autres logiques (insuffisances de la causalité linéaire, indécidabilités, contradictions qui surgissent à partir de l'examen rationnel des données ou phénomènes).
La complexité est une question, non une réponse. La complexité est un défi à la pensée et non une recette de pensée. La complexité n'est pas l'exhaustivité, mais la reconnaissance des incertitudes et des contradictions qui limitent la connaissance. La pensée complexe se propose de négocier avec les incertitudes et les contradictions. La pensée complexe vise, non pas à annuler par les idées claires et distinctes, les déterminismes, les distinctions, les séparations, mais à les intégrer.
La pensée complexe comporte en elle le principe des solidarités et implications mutuelles entre objets arbitrairement séparés et isolés. Elle appelle le renvoi mutuel des parties au tout et du tout aux parties. Elle s'efforce de reconnaître, partout où elles sont en oeuvre, les dialogues d'ordre/désordre/organisation. Elle conçoit l'implication mutuelle entre systèmes et écosystèmes. Elle pose ses objets de connaissance comme les produits d'une coopération entre une réalité objective et les opérations mentales des observateurs/concepteurs.
  • Dans son mouvement même, la pensée complexe tend à : surmonter le divorce entre science et philosophie, et établir leur dialogue;
  • problématiser l'actuelle organisation disciplinaire et cloisonnée de la connaissance et chercher à lier ce qui est disjoint;
  • affronter le défi que la complexité des phénomènes pose à la pensée dans tous les domaines, y compris politiques;
  • situer le monde humain, non au-dessus du monde vivant, mais émergeant de celui-ci, lui-même émergeant du monde physique;
  • concevoir la relation anthropo-bio-cosmologique à partir des acquis et des incertitudes du savoir contemporain;
  • réinterroger la raison humaine, ses possibilités et ses limites;
  • explorer le continent le moins connu de tous: celui de l'esprit humain qui élabore la connaissance.
La pensée complexe se donne pour mission de promouvoir une connaissance qui apporte l'aptitude à se connaître elle-même, qui s'ouvre sur la solidarité planétaire et cosmique, qui ne désintègre pas le visage des êtres et des existants. Une telle connaissance favorisera l'action, non pas ordonne, mais organise, non pas manipule, mais communique, non pas dirige, mais anime.
La pensée complexe peut difficilement s'enseigner dans le cadre du système de pensée dominant et on ne pourrait l'instaurer de façon seulement institutionnelle. La reforme des principes/règles gouvernant les raisonnements et théories est une tâche multiple, qui nécessite la convergence d'efforts encore dispersés.
C'est dans le sens de la déclaration d'intention ci-dessus qu'oeuvrera A.P.C., Association pour la pensée complexe:
http://blogs.mediapart.fr/blog/anaxagore/280710/la-pensee-complexe

11 décembre 2013

''LA RÉSIDENCE ALTERNÉE après séparation des parents'' , une délicate question

En tant qu'AS scolaire, je reçois de nombreux enfants et ados entre 11 et 18 ans qui sont en garde alternée. 
Cette solution , souvent acceptée par tous, me questionne  aussi. Certains jeunes expriment leur sentiment de fatigue, de séquences répétitives, où il est parfois difficile pour elle/lui de se poser et de se retrouver. Mais lorsque les domiciles sont assez proches, que les relations entre parents sont suffisamment fluides pour permettre le dialogue et l'écoute de leur enfant, alors oui, la arde alternée fonctionne bien.

La garde alternée est sûrement une bonne réponse pour les parents, de garder le lien avec leur enfant mais l'enfant lui-même s'y retrouve t il ? 
J'ai reçu cet article que je partage aujourd'hui (via le site "le furet" clic !), peut être va t il  m'aider à y voir plus clair et à saisir des enjeux qui m'échappent... 

Des réponses pour cerner autrement ''LA RÉSIDENCE ALTERNÉE après séparation des parents''


Suite à la pétition, « Danger législatif : la résidence alternée imposée à tout âge », un collectif de chercheurs, pédopsychiatres, psychanalystes, sociologues et autres  professionnels de la petite enfance, dont le Furet fait partie, propose d’autres éléments de réflexion sur cette problématique.

 Ces  réponses dépassionnées vous permettront d’appréhender différemment  ces questions sur la résidence alternée de l’enfant après séparation des parents qui font actuellement débat dans notre société.
Par cette lettre, le collectif souhaite vous permettre d’articuler cette problématique autour de différents points majeurs :
> l’égalité des droits d’un père et d’une mère devant l’exercice concret de l’autorité parentale ;
> la reconnaissance de la liberté des individus d’organiser leur vie privée et familiale comme ils le souhaitent en prenant en compte l’intérêt de tous les membres de  la famille ;
> la protection de la santé psychique des enfants ;
> la lutte contre la domination masculine.



>Lire ci-après la lettre...


08 novembre 2013

Colloque national « Avenir de la formation pour le travail social »

Les jeudi 12 et vendredi 13 décembre 2013  
à l’IRTS de Montpellier

Organisé par l’Institut Régional du Travail Social-LR en partenariat avec le PREFIS (Pôle Ressources Recherche Formation Intervention Sociale).
Avec le soutien de la Région LR, d’UNAFORIS (Union Nationale des Associations de Formation et de Recherche en Intervention Sociale) et de la MAÏF.
Objectif du colloque : Les organismes de formation en travail social connaissent des évolutions considérables avec la perspective de mise en place de Hautes Ecoles Professionnelles d’Action Sociale et Santé (HEPASS).
Ce colloque national à pour but d’appréhender les enjeux actuels des évolutions des formations en travail social en s’appuyant sur une analyse historique de la création des premières écoles.
Ces deux journées seront composées par des conférences, discussions, débats, tables rondes et animées avec des interlocuteurs spécialisés du secteur de l’intervention sociale ; des Professeurs, sociologues, psychiatres 
Programme détaillé avec le contexte, les enjeux actuels, la liste des intervenants et le déroulement des journées. 
Bulletin d'inscription

Plus d'information : laurence.chavatte@irts-lr.fr / 04 67 07 82 87

laurence.chavatte@irts-lr.fr / 04 67 07 82 87


27 mars 2013

Agir contre le harcèlement : 2ème !!!


Vous êtes cordialement invité à l'événement
"Agir ensemble contre le harcèlement entre adolescents"
Mercredi 27 mars 2013
             19h30 à la salle des fêtes d'Embrun (Hautes-Alpes) 
Cause café : Conférence-débat en présence des co-auteurs du livre

« Harcèlement et brimades entre élèves, la face cachée de la violence scolaire », avec Jean Pierre Bellon et Bertrand Gardette.
 Ouverture de la conférence par M. Pierre Barrière, Directeur académique des services de l’Education Nationale des Hautes-Alpes 
En présence de Mme Giralté, chargée de mission auprès de la délégation ministérielle et en charge de la relance de la campagne sur le harcèlement au niveau national,
 ainsi que de Mme Debourdeau référente départementale de la Cellule "stop Harcèlement 05"